Page d'accueilInfosContacter le webmestre  
-
|
--- -
|
News
- --- -
 
-
|
--- -
|
Diemer
- --- -
 
-
|
--- -
|
Parties
- --- -
 
-
|
--- -
|
Livres
- --- -
 
-
|
--- -
|
Liens
- --- -
 
-
|
--- -
|
Culture
- --- -
 
--- --- --- --- --- --- ---
Le gambit Boden-Kieseritzky
par Dany Sénéchaud
"(Sherlock Holmes) Vous vous rappelez ce que Darwin dit de la musique? Il prétend que chez les hommes la faculté de la produire et de l'apprécier à précédé de beaucoup la parole. C'est peut-être pour cela que l'influence qu'elle exerce sur nous est si profonde. Les premiers siècles de la préhistoire ont laissé dans nos âmes de vagues souvenirs." A. Conan Doyle, Une étude en rouge. 1886

Il s'agira moins, ici, de remettre au goût (théorique) du jour un gambit initié par le style romantique que, justement, de faire taster quelques délices du passé. En effet, si j'ai réuni un ensemble de variantes qui révèle, chose commune d'ailleurs vis à vis de ces gambits d'attaque hâtifs, de nombreuses possibilités d'égalisation, voire de réfutation, l'intention, en réalité, a été double: d'une part, présenter un ensemble conséquent afin de permettre une compréhension assez globale de ce début rarement rencontré, d'autre part, réinsuffler au fil des parties, autant que faire se peut, l'esprit imaginatif des joueurs qui pratiquèrent de façon régulière en leur temps, ce type de début offensif (le plus souvent, nos sources proviennent de l'incontournable Dictionnaire des Échecs de François Le Lionnais). Débuts dont la spécificité, en quelque sorte, nous semblera aujourd'hui consister à ne pas avoir envisagé milieu de jeu ou encore fin de partie mais rien d'autre chose qu'une attaque immédiatement décisive !

L'italienne, la Russe, la partie du Fou, la défense des deux Cavaliers peuvent amener la position du premier diagramme.

1.e4 e5 2.Fc4 Cf6 3.Cf3 Cxe4 4.Cc3

Position de base
Position de base

A) 4...Cxf2?!

5.Rxf2 d6 6.d4 f6 7.Te1 Fg4?? 8.Cxe5! dxe5 9.Dxg4 Cd7 10.De6+ De7 11.Cd5! Dxe6 12.Cxc7+ Re7 13.Cxe6 Tc8 14.Fb3 1-0 Steiner-Neubaeur - Corre. 1992.

 

B) 4...d5!? La défense Lichtenheim, du nom de son auteur!

B1) 5.Fxd5 Cf6 6.Fb3 = Fd6 7.d3 0-0 8.h3 h6 9.Fe3 Cc6 10.Dd2 Ca5 11.g4 Cxb3 12.axb3 Fd7 13.Tg1 Ch7 14.Ce4 Rh8 15.g5 h5 16.Ch4 g6 17.De2 Fc6 18.f4 exf4 19.Fd4+ Rg8


Après 19...Rg8

20.Cf5! Te8 21.Ch6+ Rf8 22.0-0-0 Fxe4 (Si 22...Cxg5 23.Cxf7! Cxf7 24.Txg6.)

23.dxe4 De7 24.e5 Fxe5 (Si 24...De6 25.Tde1 Fe7 26.h4.)

25.Fxe5 Dxe5 26.Td7 Dg7 (26...Cxg5! 27.Txg5 Df6 28.Dc4 (28.Dxh5 Tad8) 28...Te1+ 29.Rd2 Te7 30.Txe7 Dxe7 31.Te5 Df6. Ou 26...Te7 27.Dxe5. Ou 26...Rg7 27.Txf7+ Rh8 28.Tf8+.)

27.Dc4 Te7 28.Txe7 Rxe7 29.Te1+ 1-0 Morphy-Lichtenheim, New-York 1857.

B2) 5.Cxd5 c6 6.Ce3

(Bilguer). Bilguer est l'un des représentants de l'Ecole berlinoise (Bledow, Mayet, Der Lasa...) caractérisée par un souci, assez neuf pour cette seconde moitié du siècle dernier, de l'étude des débuts.

 

C) 4...Cc6!?

C1) 5.Fxf7+? Rxf7 6.Cxe4 d5 7.Ceg5+
7.Cfg5+
Re8 8.Df3 De7 Euwe. Ou
7...Rg8! 8.Df3! Dd7! 9.Cc3 Cd4! 10.Dd1
(10.Dxd5+? Dxd5 11.Cxd5 Cxc2+; 10.Dd3 Df5) 10...h6 et 11...Rh7 suivi ou précédé de (12)...c6.
7...Rg8 8.d3 h6 9.Ch3 Fg4!-+ V. Kahn (9...Fxh3) Euwe. Sur 5.Fxf7+? S. Tarrasch écrivait en 1912, commentant une partie jouée aux États-Unis : "Pas un joueur de tournoi B, en Allemagne, ne jouerait un pareil mauvais coup!".

C2) 5.Cxe4 5...d5= Maroczy. 6.Fd3 dxe4 7.Fxe4 Fd6
7...Fg4 8.h3 Fxf3 9.Dxf3 Dd7 10.Fxc6 bxc6 11.0-0 Fc5 12.Dg3 f6 13.d3 0-0 14.Fe3 Fb6 +/= Dr. Krause. 8.d4 Tarrasch 8...exd4
8...Cxd4!? 9.Cxd4 exd4 10.Dxd4 0-0 11.Fe3 De7 12.0-0-0 Te8 13.Fd5 (13.Ff3! Tartakower) 13...Fe5 14.Da4 c6 =/+ Fine. 9.Fxc6+ bxc6 10.Dxd4 0-0 11.0-0 c5 12.Dc3 Fb7 13.b3 Dd7 14.Fb2 f6 15.Tad1 Df5= Tippmann-Schwarz, Corresp. 1992. 16.Dc4+ Rh8 17.Ch4 De4!= Tartakower-Bogolioubov, Pistayan 1922.

Geza Maroczy (1870-1951) fait partie avec Schlechter de l'École viennoise (1880-1920); la solidité du jeu est recherchée avant tout et est ainsi appuyée par l'étude des débuts (stratégie provenant le plus directement de l'École berlinoise et bien sûr de Steinitz).
Haut de la page
D) 4...Fe7!? avec la même idée : 5.Fxf7+ Rxf7 6.Cxe4 d5! etc.. Pertinente proposition de Victor Kahn, que nous relevons encore dans son article "Le pseudo-sacrifice du Cavalier Roi dans la défense des 2 Cavaliers", paru avant-guerre dans la revue La Stratégie.

E) 4...Cf6 5.Cxe5 d5 6.Fb3
6...Fe7 7.d4 c6 8.0-0 Cbd7 9.f4 Cb6 10.Df3 h5 11.f5 Dc7 12.Ff4 Fd6 13.Tae1 Rf8 14.Dg3 h4 15.Cg6+ Rg8 16.Fxd6 hxg3 17.Fxc7 fxg6 18.fxg6 gxh2+ 19.Rh1 Fg4 20.Te7 Cbd7 21.Fe5 Rf8 22.Tf7+ Rg8 23.Cxd5 cxd5 24.Fxd5 Cb6 (24...Cxe5 25.T7xf6+ Cf7 26.Txf7; 24...Cxd5 25.Txg7#) 25.Fb3 1-0 Morphy-Potier 1858.;
6...c5 7.d3 Cc6 8.Cxc6 bxc6 9.0-0 Fd6 10.h3? h6 11.Df3 g5 12.Fd2 Fe6 13.Tae1 Rf8 14.Dd1 Tg8 15.Dc1 Ch5 16.Ce2 Dd7 17.h4 Fh3 18.Cg3 Cf4 19.Fxf4 gxf4 20.c4 Tg6 (20...fxg3 21.Dxh6+ Tg7 22.Dh8+ 1/2) 21.cxd5 Fxg2! (21...fxg3? 22.fxg3 et 23.h5) 22.Rxg2 f3+! 23.Rxf3 (23.Rg1 Dh3; 23.Rh2 Dg4) 23...Dg4+ 24.Rg2 Fxg3 25.Dd1 Dxh4 26.Te6 Dh2+ 27.Rf3 fxe6 28.fxg3 Tf6+ 29.Rg4 h5+ 30.Rg5 Rg7 0-1 James&Fardon - Alekhine, Birmingham 1926.

F) 4...Cd6 5.Fb3
5.Cxe5 Cxc4 6.Cxc4 d5 7.De2+ Fe6 8.Ce5 c6 9.f4 De7 Pas clair. Kieseritzky-Mayen (Mayet?), Londres1851.

Lionel Kieseritzky (1805-1853), d'origine polonaise; animateur du Café de la Régence et collaborateur assidu du Palamède. Célèbre, en quelque sorte par défaut, puisqu'il est le partenaire malheureux de l'Immortelle (Londres 1851, avec Anderssen).

5...Cc6 6.0-0 Fe7 7.Te1 e4
7...0-0 8.Cxe5 Cd4 9.Cd5 Ff6 10.d3 Cxb3 11.axb3 c6 12.Cxf6+ Dxf6 13.Ta5?! Dd8 14.Fd2 b6 15.Ta4 f6 16.Th4 Cf5 17.Txh7 Rxh7 18.Dh5+ Rg8 19.Cg6 d5 20.Dh8+ Rf7 21.Dh5 Rg8 1/2 Schmid-L. Muffang, Dinard 1977.

8.Cxe4 Cxe4 9.Txe4 d5 10.Te1 0-0= Albin-Hodges, 1893. Albin (1848-1920), joueur autrichien, avait obtenu un bon match nul contre Alapin.

G) 4...Cxc3 5.dxc3

G1) 5...d6? 6.Cg5! Fe6 7.Fxe6 fxe6 8.Df3+- (Keres) Kérès, joueur et théoricien qui, dans les 1930-50, a renoué avec la pratique des gambits très offensifs notamment le gambit Letton.

G12) Une tentative récente a voulu essayer le traitement, disons romantique, de la position: 6.Cxe5 De7 7.Fxf7+ Rd8 8.0-0 Dxe5 (8...c6 9.Te1; 8...Fe6 9.Te1) 9.Te1 Df5 (9...Db5) 10.Te8+ Rd7 11.Fe6+ Rxe8 12.Fxf5 Fxf5 13.Df3 Fc8 14.De4+ (14.Dh5+ g6 15.De2+ Rf7 16.Df3+ Rg8) 14...Rf7 15.Fg5


Après 15.Fg5

15... h6! prévient la fuite, devenue on ne peut plus nécessaire, du Roi. 15...Cc6? 16.Te1 Ce5 17.f4 Cc6 (17...Cg4 18.De8+ Rg8 19.Fe7) 18.Dd5+ Rg6 19.Te6+ 1-0. Ou 15...Cd7? 16.Te1 Cf6 (16...Cc5 17.De8+) 17.Fxf6 gxf6 18.De8+ Rg7 19.Dd8! etc..
16.Te1 Rg8 17.Dc4+
17.Dd5+!? Rh7 18.Te8!? Cd7 19.Fe3 restait peu clair! si 19.Txc8?! Txc8 20.Df5+ Rg8 21.Dxd7 Ta8!

17...Rh7 18.Fxh6! Cd7 19.f4? (19.Fg5=; 19.Ff4=) 19...Rxh6 20.f5?! Il fallait tenter 20.g4 Cc5 21.g5+ (21.b4!? Fxg4!) 21...Rh7 22.Df7 Fe6 23.Txe6 (23.g6+ Rh6 etc..) 23...Cxe6 24.Dxe6. 20...Rg5! 21.Dxc7 (21.De6? Ce5 22.De8 Rf6; 21.g3? Ce5 22.Dxc7 Fxf5 23.Dxb7 Tc8 24.Dxa7 Rf6 etc..) 21...Cf6 22.c4 Fxf5 23.Dxb7 Tc8 24.Dxa7 (24.b3 d5!) 24...d5 0-1 F. Ortega-D. Sénéchaud, Corres. 1989-91

G2) 5...c6?
5...Fe7? 6.Cxe5 0-0 7.Dh5 +- ; 5...Fc5? 6.Cg5 +-

6.Cxe5 d5 7.0-0! Fd6 8.Fd3!
Samuel Boden (1826-1882), joueur anglais, que Morphy tenait pour le meilleur joueur qu'il avait rencontré en Angleterre, avait essayé auparavant :

8.Te1 Fe6 9.Fd3 Cd7 10.f4 Cxe5
10...0-0 11.Cxd7 Fxd7 12.f5 Dh4! 13.h3 Dg3; ou 13.g3 Fxg3 14.hxg3 Dxg3+ 15.Rf1 Tfe8 16.Fd2 Dh3+

10...Cxe5 11.fxe5 Fc5+ 12.Rh1 Dh4 13.Fe3 Fxe3 14.Txe3 0-0 15.De1 Dh6 16.Dg3 Tae8 17.Tae1 c5 18.Fe2 Fd7 19.Ff3 De6 20.Td3 Fc6 21.b4 b6 22.a4 f6 23.b5 Fb7 24.c4! dxc4 25.Td6 De7 26.Fxb7 Dxb7 27.e6 Dc7 28.Ted1 (28.Td7 Dxg3 29.hxg3 Td8 30.Txa7 Ta8 31.Ta6) 28...Td8 29.Rg1 Txd6 30.Dxd6 Dxd6 31.Txd6 Te8 32.Rf2 Rf8 33.Rf3 Re7 34.Td7+ Rxe6 35.Txa7 Te7 36.Ta6 Tb7 37.a5 Rd6 38.axb6 Re6 39.Re3 g5 40.g4 Rd6 41.Re4 Re6 1/2 Boden-Morphy, Londres 1858

G3) 5...f6!

G31) 6.0-0 (6.Cxe5 De7)

G311) 6...Fe7? 7.Fh6! gxh6 8.Cxe5 Fc5 9.Dh5+ Re7 10.Df7+ Rd6 11.Dd5+ Re7 12.Cg6+ hxg6 13.Tae1+ Rf8 14.Df7# C. Hartlaub-Eisele, Fribourg 1889.

G312) 6...c6? 7.Cxe5! d5 8.Dh5+ Re7 (8...g6 9.Cxg6 hxg6 10.Dxh8 dxc4 11.Fh6) 9.Df7+ Rd6


Après 9...Rd6

10.Cg6! hxg6 11.Ff4+ Rc5 12.Fc7! Dd7 13.Fd3 a5 (13...Dxf7 14.b4#) 14.a3 Ca6 15.b4+ axb4 16.axb4+ Cxb4 17.cxb4+ Rxb4 18.Dxd7 1-0 C. Hartlaub-E. Lasker, Simultanée 1911, Allemagne.

Le Docteur Carl Hartlaub (1869-1929), joueur allemand (on verra l'article que lui consacre la revue Rand springer, n°3/1992). Bien que disputée en simultanée, cette partie ne met aucunement en valeur le grand champion Emmanuel Lasker (1868-1941, philosophe et mathématicien. Dans ce début de siècle, il échangea ses idées avec des personnages d'origines intellectuelles diverses tel que A. Einstein (sur la théorie de la relativité, bien sûr) et Thomas Mann! (sur la philosophie des valeurs. On verra les écrits de ce dernier sur Nietzsche) qui vient tout juste (1910) de se défaire, avec succès, de deux excellents prétendants au titre, Janowski (l'attaque à tout va) et Schlechter (le maître de la nulle)!

G 313) 6...Cc6 7.Ch4

G3131) 7...g6 8.f4 De7
8...f5!? 9.Cf3 (9.Cxf5? d5-+) 9...e4 10.Cg5 Fc5+ 11.Rh1 De7 12.Ff7+ Rf8 13.b4 h6 (13...Fb6?! 14.Fb3 Cd8 15.c4! +/=

9.b4 d6 10.f5 Dg7 11.a4 g5? (11...Fe7!?; 11...Ce7!?) 12.Dh5+ Rd8 13.Cf3 h6 14.b5 Ce7 15.Cxe5! dxe5 16.Td1+ Cd5 (16...Fd7 17.Fe6) 17.Txd5+ Fd6 18.Fa3 Re7


Après 18...Re7

19.Tc5!! c6 (19...Rd8 20.Td1 Fd7 21.Tcd5+-) 20.Td1 Td8 21.Txd6! Txd6 22.Txc6! bxc6 23.Dd1 1-0 C. Hartlaub-Schories, Hambourg 1922

G3132) 7...De7 8.Cf5 Dc5 9.Fb3 d5 10.Fe3 Da5 11.Ch4 Fe6 12.Dh5+ g6?! (12...Ff7!?) 13.Cxg6 Ff7 14.Dh4 Fxg6 15.Dxf6 Tg8 16.Tad1 Fe7 17.De6 Ff7 18.Dh3 Cd8 (18...Td8!?) 19.f4 e4


Après 19...e4

20.Txd5! Fxd5 21.Dh5+ Rf8 22.Fxd5 Tg7 23.b4 Da6 24.f5 Cf7 25.f6! Fxf6 26.b5 Dd6 27.Fxf7 b6 28.Fh6 Re7 29.Fxg7 Fxg7 30.Fb3 Tf8 31.Tf7+ Txf7 32.Dxf7+ Rd8 33.Dxg7 Dd1+ 34.Rf2 Dd2+ 35.Rg3 e3 36.Df6+ Rc8 37.Fe6+ Rb7 38.Df3+ 1-0 Morphy-Barnes, Simultanée, Londres 1858.

Cette partie témoigne du style éblouissant d'attaque de Paul Morphy (1837-1884), style de surcroît saisissant pour l'époque: Morphy conserve, de l'esprit bouillonnant des romantiques, ses contemporains, l'initiative d'offensives de mat mais, prenant bien mieux conscience de l'importance du développement complet, il peut de la sorte coordonner stratégiquement l'ensemble de ses pièces pour une attaque plus tardive certes mais, à coup sûr, fulgurante!

Haut de la page
Kérès, dont nous avons déjà parlé, retrouvera cette dynamique en couplant ce sens créatif de l'attaque implacable avec un travail théorique sur les débuts offensifs.

G314) 6...g6!? 7.Ff4 (7.Te1 d6 8.Cg5?!)

G3141) 7...exf4! 8.Te1+
8.Dd5 De7 9.Tfe1 Cc6 10.Df7+
(10.Txe7+ Fxe7 11.Cd4 Tf8) 10...Rd8 11.Txe7 Fxe7-+ 8...Fe7 9.Dd5 Tf8 10.Txe7+ Dxe7 11.Te1 Dxe1+ 12.Cxe1=

G3142) 7...d6? 8.Te1 Fg7 9.Dd2 De7 10.Cd4 Fd7 11.b4 Cc6 12.De2 0-0-0? (12...Cd8! 13.Fg3 Cf7 14.f4 0-0-+ Rolf Schwarz) 13.Fa6! Cb8 (13...Cxd4? 14.cxd4 bxa6 15.Dxa6+ Rb8 16.dxe5 dxe5 17.Fe3+-) 14.Cb5! Cxa6 15.Cxa7+ Rb8 16.Fe3 f5 17.Teb1 f4 18.b5 Cc5 (18...fxe3 19.Cc6+) 19.Fxc5 dxc5 20.Cc6+ Fxc6 21.bxc6 De6 22.Txb7+ Rc8 23.Tb8+ Rxb8 24.Db5+ 1-0 C. Hartlaub-E. von Schmidt, Fribourg 1899.

G315) 6...d6 7.Ch4

G3151) 7...g6 8.f4 De7 (8...f5 9.Cf3 Df6 10.fxe5 dxe5 11.Fg5 Db6+ 12.Rh1 Dd6 13.Cxe5 Dxd1? (13...Fe7) 14.Ff7# 1-0 Dadian de Mingrelie-NN)
9.f5 Dg7 10.Df3 Fe7 (10...c6) 11.Fe3 Cc6 12.b4 a6 13.a4 Cd8! =/+
(13...Fd7? 14.Fd5 Rd8 15.b5 axb5 16.axb5 Txa1 17.Txa1 Cb8 18.Ta8 Re8 19.Txb8+ Fd8 20.Txb7 g5 21.Dh5+ Re7 22.b6 1-0 Dietza-Schuldt, Corres. 1987)

G3152) 7...De7 8.Dh5+ Rd8 9.f4 Fe6 (9...Cc6 10.Fe3) 10.Fxe6 Dxe6 11.fxe5 dxe5 12.Cg6 Fc5+ (12...De8 13.Dd1+) 13.Rh1 Te8 14.Dxh7 Dg8 15.Dh5 Cd7 16.b4 Fd6 17.Fe3!? avec un léger avantage.

Morphy avait expérimenté à ses dépens :

17.Fd2?! Df7 18.Dg4 De6 19.De4 Cb6 20.Dxb7 Dg4 21.a4 Tc8 22.Tad1 Dxg6 23.Fe3 Cc4 24.Dc6 Df7 (24...Cxe3 25.Txd6+ Re7! 26.Td7+ Rf8 27.Dc5+ Rg8 28.Dxe3) 25.Fxa7 e4 26.Td4 Dh5 27.Tf4 e3 28.g4 e2 29.gxh5 e1D+ 30.Rg2 Te2+ 31.Rh3 f5 32.Dxc4 Df1+ 33.Rh4 Txh2+ 34.Rg5 Dg2+ 35.Tg4 fxg4 36.Df7 Dc6 37.b5 Dd7 38.Txd6 Dxd6 0-1 Morphy-Barnes, simultanée, Londres 1858 (38...cxd6 39.Fb6+ Tc7 40.Df8+).

G316) 6...De7 7.Ch4 transpose avec ce qui vient d'être vu. Favorable aux Noirs serait 7.Te1?! c6! 8.Txe5 (8.Fg5 d6! 9.Fh4 Cd7 10.Cd4 d5 11.Cf5 Df7 12.Fd3 Cc5) 8...fxe5 9.Fg5 Dc5! 10.De2 d5 11.Cxe5 Fe7 F. Tippmann (cf Gambit Revue, N° 1/1992)

7.Cd4 Dc5 8.De2 d5 9.Fd3 De7 10.Te1 c5 (10...g6! 11.f4? c5 12.Fb5+ Rf7) 11.Cf5 Fxf5 12.Fxf5 g6 13.Fh3 Cc6 14.f4 e4 15.f5 g5 16.b3 h5 17.g3 Ce5 18.Fg2 h4 (18...c4) 19.c4! hxg3 20.hxg3 Dh7 21.Fb2? (21.cxd5!) 21...Fd6!! 22.cxd5 Dh2+ 23.Rf1 (23.Rf2 Dxg3+!!) 23...Dxg3 24.Df2 Dxf2+ 25.Rxf2 Cg4+ 26.Rf1 e3 27.Re2 Th2 28.Rf3 Rf7 29.Tg1 Te8 (29...Ch6!) 30.Rxg4 e2 31.Rf3 g4+ 32.Rxg4 (32.Rf2 Th5!!) 32...Te3 0-1 Napoli-Livorno (clubs italiens), corr. 1879-1880.

G32) 6.Ch4 g6 7.f4 Le traitement récent du gambit. (7.Cf5 d5! 8.Fxd5 Fxf5 9.Fxb7 Cd7)

"Vous connaissez ce quartier spécial, ses rues monotones avec leurs maisons en briques, les mornes artères de cette banlieue. En plein milieu se dresse une oasis d'ancienne culture et de confort: c'est une vieille maison, qu'entoure un haut mur baigné de soleil, marbré de lichens, tapissé de mousse, le genre de mur qui...

- Retranchez la poésie, Watson! coupa Holmes avec sévérité. Je note simplement: un mur en briques et haut." A. Conan Doyle, Le marchand de couleurs retiré des affaires, 1925.

G321) 7...d6? 8.f5 gxf5 (8...Fg7!? 9.fxg6 etc.) 9.Dh5+ Rd7 10.Cxf5+-

G322) 7...De7 8.f5 Dg7 9.fxg6 (9.Fd3 g5 10.Dh5+ Df7 11.Cg6 d5) 9...hxg6 (9...c6!? 10.gxh7 d5, etc.) 10.Dg4 Rd8 (10...g5 11.Cf5 Dg6 12.Fd3 Dh5 13.Dxh5+ Txh5 14.Cg7+!+- Szell-Fedorov, Berlin 1987) 11.Dg3 g5 12.Cf5 Dg6 13.Fd3 d5 14.Ce7! Df7 15.Cxc8 e4 16.Fe2 Rxc8 17.Fe3 Fd6 18.Df2 De6 19.h3 Cd7 20.0-0-0 Ce5 21.Thf1 Th6? 22.c4! c6 23.cxd5 cxd5 24.h4 Fe7 25.hxg5 fxg5 26.Df5 Rc7 27.Dxe6 Txe6 28.Txd5 Rc6 29.Tdd1 Tg8 30.Tf5 Fc5 31.Fd4 Fxd4 32.Txd4 a6 33.Txe4 Rd6 34.Td4+ Re7 35.Fc4 Cxc4 36.Txc4 b6 37.Tc7+ Rd6 38.Tff7 Th8 39.Tcd7+ Rc5 40.Tf5+ 1-0 Szell-Autenrieth, Hongrie 1987 (Informateur 44)

G323) 7...c6 8.f5 d5 9.fxg6 Fg7! 10.Fb3 h5 11.0-0 Ca6 12.Fe3 1/2 Steinert-Moeller, corres. 1992 -

Les ambiguïtés du grand détective Sherlock Holmes ne sont pas moindres; révélatrices d'un changement de siècle certes mais surtout de l'emprise nouvelle sur lui qui est, peut-être, le premier héros romantique de notre ère, du positivisme. Ce petit voyage dans l'histoire échiquéenne de la Stratégie a, je l'espère, pu montrer, à sa façon, ce que le noble Jeu a gagné en efficacité et perdu corrélativement, en fantaisie.

par Dany Sénéchaud
(in Gambisco N° 48 / juillet 1994)
Article revu et augmenté
Haut de la page
© Reyes 1997-2007 (Reproduction interdite sans autorisation)